Historique

Découvrir notre histoire

1625

Les premiers Jésuites débarquent à Québec. Ils ont pour nom Brébeuf, Massé et Lalemant. Ils s’affairent à éduquer les jeunes de la colonie.

1635

Le premier établissement d’enseignement français est fondé en Amérique du Nord : le Collège des Jésuites. Un édifice en bois est construit à l’emplacement actuel de l’hôtel de ville de Québec.

1636

Charles Garnier, prêtre jésuite français, arrive à Québec

1648

L’édifice en bois est remplacé par un édifice en pierre.

1649

Charles Garnier périt lors d’une mission dans la baie Georgienne auprès des Hurons.

Image vide
1776

Le Collège des Jésuites de Québec est forcé de fermer ses portes : le gouvernement anglais s’empare des biens des Jésuites, depuis la Conquête.

Image vide
1878

Les Jésuites reviennent à Québec poursuivre leur mission d’éducation et d’enseignement.

1930

Le Collège des Jésuites est rétabli sous la forme d’un externat classique affilié à l’Université Laval.

1932

Le recteur P. Olivier Hudon-Beaulieu dote le Collège d’un écusson et une devise. Il reprendra le fond de l’écusson commun aux autres collèges jésuites : les armes de la famille Loyola. Pour choisir la devise, il s’inspire du psaume XC, verset 5 : « Scuto circumdabit te veritas » (la vérité te servira de bouclier protecteur). Il le synthétise en ces deux mots : SCUTUM VERITAS ou « Mon bouclier, c’est la vérité ».

1933

Le bâtiment actuel est construit selon les plans des architectes Adrien Dufresne, Wilfrid Lacroix et Sylvio Brassard. Les travaux se poursuivent jusqu’en 1935.

1935

Le nouveau « Collège des Jésuites Saint-Charles-Garnier » est inauguré le 25 septembre 1935. Son nom est choisi en l’honneur du martyr canadien.

1938

La première promotion qui comptait 18 finissants est célébrée.

1940

Les Jésuites construisent une résidence attenante au collège pour que les chambres du collège soient converties en salles de cours.

1954

La construction de l’aile Marquette permet d’accueillir plus d’élèves. Cette extension abritera salles de cours, laboratoires et la salle Marquette.

Image vide
1957

La bibliothèque du Collège est inaugurée grâce à un don de l’honorable sénateur Lucien Moraud. Appelée aujourd’hui médiathèque, elle regroupe plus de 20 000 ouvrages ainsi que les services de l’audiovisuel et du multimédia.

1963

Le gymnase Paul-Émile-Côté situé à l’arrière du Collège est inauguré. Comme il s’agit du 1er gymnase moderne de la Ville de Québec, plusieurs compétitions de haut niveau s’y tiendront, et ce, jusqu’à l’arrivée du PEPS en 1971.

1967

Les premières étudiantes font leur entrée au Collège, au niveau collégial.

Image vide
1969

La section collégiale est abandonnée au profit de la mise en place du Cégep Garneau. Le nombre d’élèves passe alors de 1 000 à 435.

Image vide
1981

Une corporation laïque, Le Collège Saint-Charles-Garnier, prend la relève institutionnelle.

Image vide
1982

Le changement de direction entraine la naissance de la Fondation du Collège.

1984

Pour la première fois, des filles font leur entrée, en septembre, dans le cours secondaire.

1987

La corporation se porte acquéresse du Collège le 24 août 1987. Elle s’engage à poursuivre l’œuvre d’instruction et d’éducation du Collège des Jésuites, dans un esprit de qualité et de rigueur, selon la tradition jésuite et dans le contexte d’une institution privée catholique.

1987

Le premier gymnase ne suffisant plus à la demande, un nouvel espace sportif est inauguré le 4 décembre 1987, grâce à la participation financière de deux anciens, Paul et Denis Jalbert.

1991

La salle Marquette est rénovée. Elle est renommée salle Jean-Paul-Tardif, en l’honneur d’un ancien élève du Collège principal partenaire financier du grand projet.

2017

Des rénovations sont réalisées pour embellir l’entrée des élèves, un agora est ajouté à l’espace extérieur et les gymnases sont rénovés.

2021

Le Collège compte aujourd’hui plus de 850 élèves.

En vidéo

C’est en 1635 que les Jésuites fondaient à Québec le premier Collège français d’Amérique, le Collège des Jésuites, maintenant appelé le Collège Saint-Charles-Garnier. C’est dire si notre Collège connait une tradition culturelle de longue date !

Aujourd’hui, le Collège réaffirme cette tradition forte, tournée vers l’avenir, en investissant dans un environnement actualisé : de nouveaux espaces intérieurs et extérieurs, modernes, ont été aménagés pour répondre encore mieux aux besoins des élèves.

Les armoiries du Collège Saint-Charles-Garnier

Ignace de Loyola

En 1537, Ignace de Loyola fonde la Compagnie de Jésus et devient, en 1539, le premier jésuite sous l’approbation du Pape Paul III qui reconnait désormais dans l’Église catholique ce nouvel ordre religieux. Beaucoup plus tard, les armoiries du Collège Saint-Charles-Garnier seront inspirées des armoiries de la famille espagnole.

LE CHOIX DE LA DEVISE

En août 1932, dans le diarium du recteur P. Olivier Hudon-Beaulieu, on lit : « le recteur se préoccupe de choisir un écusson pour le Collège, où il unirait nos couleurs et une devise. Finalement, il s’arrête sur un texte des psaumes (Cf. psaume 90, verset 5) qu’il synthétise en deux mots : Scutum Veritas – Mon bouclier, c’est la vérité »

N. B. En ce qui regarde la devise, il est suggéré que le Père Beaulieu, connaissant celle qu’avait choisie le Collège Jean-de-Brébeuf, fondé en 1928 à Montréal – « Viam veritatis elegi » – « J’ai choisi le chemin de la vérité » – (laquelle est empruntée au verset 30 du psaume 118 de la Vulgate), a voulu que le mot essentiel – Veritas (vérité) – parût aussi dans la devise du Collège des Jésuites de Québec.

LES ÉLÉMENTS QUI COMPOSENT LES ARMOIRIES

  1. Les armes des Loyola, telles qu’on peut encore les voir inscrites dans la pierre, au-dessus de la porte d’entrée de la maison natale de Saint-Ignace, sont un des plus anciens blasons basques (XIVe siècle); elles sont décrites ainsi en langage héraldique « d’argent aux deux loups de sable affrontés à un chaudron du même ». Elles sont illustrées dans la partie gauche de l’écusson (bouclier).
  2. La section de droite comprend, sur le fond d’un émail de couleur rouge (gueules), six bandes jaunes (or). Ces deux éléments varient de collège en collège. Ici, les couleurs ont été fixées par le souvenir de Saint-Charles-Garnier : le rouge pour rappeler son martyre, le blanc pour la pureté exemplaire de ce héros de l’Église, l’or (jaune) car c’est un saint rayonnant de gloire dans l’éternité bienheureuse.
  3. Au-dessus de l’écusson, un casque de chevalier, rappelant probablement la carrière militaire et la personnalité d’Ignace de Loyola. Anciennement, l’écu était supporté par deux anges à genoux, aux ailes déployées, le tout s’appuyant sur une draperie ornée d’étoiles. En dessous des loups, deux flambeaux en sautoir, et au-dessous de l’écusson, un listel en forme de ruban, sur lequel sont inscrits les deux mots de la devise.
    Ces armoiries du Collège se retrouvent dans le hall d’entrée, au-dessus de la porte.
En savoir plus sur l’écusson du Collège